Laure Li Vigni

L'outil reste un outil

13/04/2021

L'outil reste un outil

L'outil ne définit pas la personne qui l'utilise.

Une des croyances erronnées possibles est de confondre l'outil avec celui ou ceux qui l'utilisent.

 

Par exemple avec l'argent ou les réseaux sociaux ou peut-être même avec les voitures et surement bien d'autres choses.

 

"Ceux qui ont beaucoup d'argent sont forcément mauvais". "Ceux qui utilisent les réseaux sociaux veulent faire comme tout le monde"....

 

D'abord, vous l'aurez remarqué, ce sont des jugements.

Et les jugements ben comment dire. Vous faites ce qui vous semble juste parce que justement je vais essayer de ne pas juger moi-même les personnes ayant des jugements.

Vous me suivez ?

 

L'argent sert à échanger, les réseaux sociaux à partager et les voitures à se déplacer. Ce sont des outils.

 

Et comme tous les outils, tout dépend de l'utilisateur. Chaque outil peut être utilisé pour sa fonction première, ce à quoi a pensé l'inventeur. Ou chaque outil peut être détourné pour avoir une fonction autre qui apportera du mieux, ponctuellement ou durablement, à une personne ou à plusieurs selon la créativité de l'utilisateur.

 

Le tournevis sert à visser. Mais à l'occasion il peut servir à faire levier, ce qui pourra s'avérer utile et dépanner. Peut-être peut-il servir de tuteur pour aider une magnifique plante à pousser.

 

De la même façon tout outil peut être détourné pour avoir une fonction autre qui n'apportera pas de mieux, à personne.

 

Au final, l'utilisateur n'est pas l'outil. Il s'en sert en conscience comme moyen en gardant à l'esprit que pour un même outil, il peut exister des utilisateurs qui veulent partager du "bien" et d'autres du "moins bien".

On peut donc utiliser son argent pour en donner beaucoup et aider de nombreuses personnes ou en vouloir toujours plus et le garder pour soi. On peut utiliser les réseaux sociaux pour partager la beauté et l'amour ou l'inverse. On peut utiliser les voitures pour transporter de l'aide à ceux qui en ont besoin ou l'inverse.

 

Cela étant dit, le "bien" ou le "moins bien" dépend du point de vue de chacun et de sa propre échelle.

Plus un outil est utilisé, plus il est probable de trouver des usages qui ne nous conviennent pas.

Mais pour autant faut-il arrêter de l'utiliser ? Je ne suis pas sure.

Au fond l'idée c'est toujours l'intention de départ, en s'écoutant soi, au plus profond de soi pour l'utiliser de façon juste pour soi à cet instant.

 

 

 

Règles, limites ou laisser faire La théorie et la pratique